Chamechaude sous la neige

Il y a quelques années j’avais pu poser mes pieds sur le point culminant du massif de la Chartreuse, j’en garde un doux souvenir qui sait me plonger dans un état de bien être. 

Alors pour fermer le livre de 2020 et ouvrir de la plus belle des manières 2021, revoir Chamechaude fut l’occasion de faire une randonnée exaltante mais également très éprouvante. 

Le confinement avait contenu en moi trop de désir de grand espace et de liberté, et lorsqu’il a été évoqué l’idée d’une randonnée dans la neige, je n’ai pas eu trop de mal à trouver des compagnons de randonnée. Nous avons alors décidé de réaliser cette sortie le 1er janvier.

Paris est déjà réveillé depuis une heure lorsque c’est à mon tour de l’être. En ouvrant les yeux et malgré la courte mais bonne nuit de sommeil, je n’ai pu m’empêcher de me demander s’il n’y avait pas mieux à faire que d’aller affronter des températures négatives un premier jour de l’an. Questionnement qui dura tout de même une bonne heure puisque ce n’est qu’à 7h que je suis sorti du lit pour aller trouver refuge sous les flots d’une douche ardente. Je n’y échappais alors que lorsqu’un minimum de capital chaleur fût assimilé.

La qualité d’une journée dépend souvent de la qualité du premier café, je me suis donc appliqué à bien doser ses graines solubles dans l’eau frétillante de ma tasse lambda. 

Puis vint l’heure d’aller chercher mes camarades d’expédition avant de nous diriger vers le Col de Porte

Je vous épargne les détails de notre trajet sur autoroute, les choses ne sont devenues intéressantes qu’une fois notre entrée en Le Sappey-en-Chartreuse aux alentours de 10h. La route me semblait devenir – et sur le moment – bien trop glissante et j’avais préféré renoncer à atteindre le col. Nous avons donc convenu de commencer la randonnée depuis le village tout en sachant qu’il allait être compliqué d’atteindre les hauteurs vu la distance et le temps qui nous était alloué. 

Heureusement et comme un signe annonciateur, le chemin de randonnée nous a fait rejoindre les lacets de la route. Les passages de nombreux véhicules et d’un chasse-neige me décidèrent finalement à tenter le trajet en voiture. Le temps de redescendre la récupérer et nous voilà reparti pour le Col de Porte.

Il était bientôt midi lorsque nous avons commencé à marcher et très vite, il a fallu s’équiper de raquettes, tout du moins pour ceux qui en avait. Ce qui n’était pas le cas pour deux d’entre nous, dont moi.  Nous avons donc, et durant toute la randonnée, fait notre possible pour suivre le chemin tracé par nos camarades.

Je vais vous épargner tout suspense. Non, nous ne sommes pas allés très au-delà de la cabane de Bachasson. Sans raquette, c’était juste impossible d’aller plus haut. Nous avons également échoué à essayer d’atteindre le Belvédère de Roche Rousse. Nous étions en effet pressé par le temps, et il fallait déjà commencer la descente.

Je vous laisse avec ces quelques dernières images qui j’espère vous donneront envie de vous aventurer à Chamechaude en hiver. Vous serez, et j’en suis certain, équipé de raquettes.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RSS