Poésie en continue

L'amour est une vérité Qui l'ignore ou qui s'ignore. L'amour est ogre carnivore ; Qui depuis une éternité m'ignore.

Voir la fiche

N'être qu'en compagnie, D'êtres de bonne compagnie. Être, sans compagnie.

Voir la fiche

Un poème Bribe de phonèmes Une intention Portée à ébullition Être au supplice D'un feu sans artifice

Voir la fiche

L'amour à l'arraché ; Sans détour et bon marché. Le lit s'est asséché.

Voir la fiche

Ma main sur ta bouche, Personne ne peut t'entendre jouir.

Voir la fiche

En télétravail, (Presque) Personne ne te voie nu.e

Voir la fiche

La Lune en sera témoin ; J'irai au matin Te tutoyer de mes mains. Me louvoyer entre tes reins. Et m'échouer sur tes seins.

Voir la fiche

Peut-être qu'un jour Viendront ces jolis poèmes De toi, moi ; émois

Voir la fiche

Peut-être n'était-ce Qu'un point virgule au final.

Voir la fiche

Plus de mer entre nos deux ports Plus d'étoile éclairant nos coeurs Reste un ciel que le jour étire Reste un écho que la nuit soupire

Voir la fiche

Des routes en lacets Des draps qu'on a pas froissé L'été s'est lassé

Voir la fiche

Tomber en amour Comme le jour au crépuscule L'océan naissant

Voir la fiche

Sur les terres que nos pas ne foulent Des prémices des mots clandestins Résonnent dans l'éther des peuples saouls Des cicatrices des maux éteints

Voir la fiche

La page blanche, Jachère créative. Rien ne se créé, Tout s'opère. L'été à macérer, Des feuilles colorées ; Viendra l'automne Et ses grandes envolées.

Voir la fiche

Au jardin des songes Le jour embrasse ta joue Camaïeu d'ombres

Voir la fiche

Allez viens on danse Et bousculer le silence Douce dissonance

Voir la fiche

Araignée du soir La musaraigne en éveil Improbable espoir

Voir la fiche

Qu'est-ce que l'amour ? Bouquet de bleuets ? Majestueuse orchidée ?

Voir la fiche

La douceur pastel Quand j'accueille ta rosée Saveurs printanières

Voir la fiche

En apoapsis Vertige du précipice Désirs équinoxes

Voir la fiche
RSS