Poésie ininterrompue

Autel

Chaque promesse
Déposée au pied du lit
Sombre dans l’oubli

Le loup

Lorsque le loup hurle
À l’est est le crépuscule
Écharde en mon cœur

Leçon de bonheur

Coupez les tomates en quart.
Gardez les pépins.
Ajoutez une pincée
De sel de Guérande.
Croquez et laissez couler le jus
Depuis la commissure de vos lèvres.
Manifestez un soupir
De contentement.

Singulière

Et si je n’étais plus
La somme de mes émotions ?
Et si je pouvais être la plus belle.

Coeur, carreaux

Voudras-tu de moi
Si la chemise est à fleurs ?
Et rose à carreaux ?

Nous

Juste toi et moi ?

Juste toi et moi.

Saison hormonale

Ta fleur au printemps
Tourne ma tête et mon sang
Je cueille l’instant

Ta peau appelant ma peau

À la naissance de tout, il y a
Ce souffle qui vient du néant.
Cet ombre mis en lumière.
Ces mots qui deviennent chair.
Et ta peau appelant ma peau.

Les pieds d’argiles

L’amour est grand,
Il est fait de pas de géants.
D’aucuns restent debout
Sur leurs pieds d’argiles.
Mais l’amour souvent vacille
Et
Les colosses trébuchent.

RSS