Poésie ininterrompue

Soleil

C’est l’histoire d’une éponge qui voulait être un soleil.

Humain, enfin

Lorsque le devoir du photographe
Embrasse celui de l’être humain,
Je cède volontiers à la croyance
Envers les divinités qui meurent
Pour renaître les lendemains.

Son monde plus beau

Il ne sait plus quand il est devenu vieux, mais il se souvient quand il s’est retrouvé, beau.

Des espoirs

Fais à un homme la promesse d’éternité et cet homme vivra l’éternité et un jour.

Funambule

Toi aussi tu as cette sensation étrange. Celle d’avoir été, ta vie durant, ce fameux funambule en équilibre sur une corde posée au sol ?

Je suis de vos fidèles

Je ne me suis pas égaré, j’ai très certainement abandonné des souffles à imaginer les serments utopiques des candides. Mais je le sais, je marche droit. Je suis encore de vos fidèles. Je suis fan de vous. Et de vous. Et. Vous.

NSP

Comment peut on nager dans un océan de certitude et se laisser noyer ainsi par ses doutes ?

Le bleu de ses yeux

Je lui disais vous,
Et je trouvais que c’était bien cette distance entre nous.
Mais lundi, j’ai pris congé,
Et j’ai plongé
Dans le grand bleu
De tes yeux.
Et si je ne peux te dire ce que j’y ai vu,
C’est que je n’en suis pas revenu

Valse atomique

Les vents secs d’Oranie
Soufflent des poussières ocres qui
Se glissent dans tes cheveux longs.
Ils portent les rumeurs d’un lieu
Où le temps n’est plus
Une prison sans mur.
Où les histoires succèdent
Aux promesses.
Et où les larmes versées ont donné
Leur soleil aux peuples de l’Univers

Seize the day

On peut tout acheter, sauf la seconde qui vient de s’écouler.

Pleine lune

La nuit dépose sur nos corps nos tenues d’Eve.
Des songes éveillés nous ébranlent.
Et alors que nos peaux s’embrasent,
Un cri vient déchirer l’obscurité.
Les amants ont survécu à l’ivresse.
Pour combien de temps ?

Sourire de femme

Si le plus beau lever de soleil est le sourire d’une femme amoureuse, alors tu devrais chercher en direction de l’Est.

Sécheresse

Est-ce que mes larmes pourront effacer la sécheresse de tes mots ?

Poésie

Je n’avais pas vu la poésie, je l’ai laissé sombrer.

Au plus profond des abysses de mon être, elle attend.

Quelques demi-mots, des regards asynchrones, des gestes retenus, des perspectives qui effacent l’horizon; et la poésie vient frapper à nouveau au rythme du ressac.

RSS