Poésie ininterrompue

Retrouver Minuit

Glisser sous tes draps
T’enlacer de mes deux bras
Je m’immisce en toi

L’écrin

Au creux de tes mains
Mon cœur confié à tes soins
Le plus bel écrin

Tout de toi

Je pourrais te dire
Que j’aimerai
Les parties de toi
Que tu n’aimes pas.
Mais je ne puis que te montrer
Comment les aimer
Au travers de mes yeux
Qui aiment tout de toi.

Le bain

Mon corps glisse en toi
Débordante ; l’eau du bain
Bougies parfumées

De l’autre côté de l’arc de ciel

Ma poésie est comme rosée du matin
Elle est en chemin mais rien n’est pourtant certain
Il faut la cueillir avant que l’encre ne sèche
Tel un arc de ciel, transperçante est la flèche

Amarrée

Coup de rein savant
Tes ongles ancrés sous ma peau
Deux corps ne font qu’un

À cœur découvert

Mon amour.
Quand le ciel se couvrira, je me présenterai à toi.
Pour être supportable à tes yeux, je me vêtirai d’habits aux couleurs d’éclaircis.
Pour être agréable à tes oreilles, j’apprendrai les chants des marins que porte la mer.
Pour être digne de toi, je ploierai le genou et porterai allégeance à la Lune.
Et pour être aimé de toi, je me présenterai, ciel couvert, à cœur découvert.

Amour solitaire

Il y a mille poèmes dans un je t’aime.

Et pourtant ce vers reste bien solitaire.

La fleur, la peau

Mon cœur que tes mots caressent
Mon corps que ta main effleure

Ta fleur que mon entrain éclabousse

5h du mat

Ma main sur ta bouche
Te laisser jouir avant moi
Réveil des voisins

Baisers au lit

Ma motivation pour sortir du lit
Ne doit pas y être.
Ma motivation pour y rester
S’apparente à tes baisers.

Ces poèmes qui te ressemblent

J’apprendrai les mots doux,
Les mots de sagesse,
Les mots de science,
Les mots de courage,
Les mots qui font rire,
Les mots qui font pleurer,
Les mots qui séduisent,
Et qui cèdent, et soupirent,
Puis transpirent, et enfin murmurent.

J’apprendrai les mots
Pour écrire les poèmes qui te ressemblent.

RSS