Poésie ininterrompue

  • L’éternité, c’est long

    La passion hyperbolique
    De notre amour asymptote
    Quand enfin et vers l’infini
    Tu cèdes à la tangente

  • Aime-moi ou mens-moi

    Je crois en tes vérités.
    Je crois en tes mensonges.
    Laisse-moi croire en tes promesses.
    Laisse-moi croire en tes je t’aime.

  • Rompre avec le jour

    Je ne voudrais tromper ma solitude
    Qu’avec toi.
    Je n’embrasserai la nuit que si
    Elle se prolonge en ton cou.