Douleur ambivalente

Il y a des fins de jours
Où l’on pleure
Car la lumière nous fuit,
Autant que l’on pleure
Car la lumière vaut nuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *