Nos retenues se sont tues

Il y a les « je t’aime » que je porte
À tes yeux.
Les « je t’aime » que j’accroche
À tes lèvres.
Les « je t’aime » que je souffle
Dans ton cou.
Et les « je t’aime » qui jamais
N’ébranleront le silence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *