Au refuge

Alors que le jour glisse doucement dans l’obscurité, je ne trouve refuge que contre toi.
Laisse moi encore te respirer.
Et si je dois mourir étouffé, je veux l’être par tes bras.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *