Une syzygie du cœur, du corps et de l'esprit

En périhélie

Je voulais être comète
Pour me projeter vers toi ;
Me faufiler sous ton manteau
Mais c’est planète que j’aurai du être
Afin de ne plus m’éloigner de toi.
Qui orbite ne prend pas de râteau.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.