Le rêve imparfait

Il se rappelle des ces matins
Qui chantent, qui transpirent
Et laissent en éveil les songes.
Il se rappelle de ces matins,
Ceux qui, noyés au crépuscule,
N’ont plus vu le jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *